La dynastie de Pyongyang présente aux JO d’hiver

La soeur cadette de Kim Jong-un assistera vendredi à la cérémonie d’ouverture des JO d’hiver de Pyeongchang, a annoncé le ministère sud-coréen de l’unification. Elle sera la première de la dynastie au pouvoir à Pyongyang à se rendre au Sud depuis la guerre de Corée.

Kim Yo-jong accompagnerait Kim Yong-nam, qui occupe sur le papier la fonction de chef de l’Etat nord-coréen, et deux autres responsables de haut rang.

Séoul se réjouit de cette visite « significative », Kim Yo-jong ayant aussi un rang élevé au sein du parti communiste nord-coréen, a fait savoir la présidence sud-coréenne. « Cela démontre la volonté du Nord de réduire la tension dans la péninsule nord-coréenne », a déclaré mercredi la « Maison bleue ».

Agée de 28 ans, Kim Yo-jong sera la première membre de la dynastie au pouvoir à Pyongyang depuis la guerre de Corée à se rendre au sud de la ligne de démarcation. Ce geste d’apaisement n’a guère ému le vice-président américain Mike Pence qui, en visite mercredi à Tokyo, a promis de dévoiler sous peu de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, « régime le plus tyrannique et le plus oppressif au monde ».

Washington et ses alliés n’entendent pas relâcher la pression sur Pyongyang tant que le Kim Jong-un n’aura pas pris des mesures en vue d’une « dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible », a prévenu Mike Pence.

« A cette fin, je vous annonce aujourd’hui que les Etats-Unis vont bientôt dévoiler les sanctions économiques les plus dures et les plus agressives qui ont jamais visé la Corée du Nord », a-t-il déclaré au côté du premier ministre japonais Shinzo Abe.

Mike Pence a mis en garde le président sud-coréen Moon Jae-in, partisan d’un dialogue avec le Nord, sur le fait que Pyongyang allait chercher à utiliser les Jeux à des fins de propagande. « Nous n’allons pas permettre à la Corée du Nord de cacher derrière la bannière olympique la réalité de l’asservissement de son peuple et de sa menace pour la région toute entière », a-t-il martelé.

Quelques heures plus tôt, une délégation nord-coréenne forte de 280 membres était arrivée en Corée du Sud. Cette délégation menée par le ministre nord-coréen des sports, Kim Il-guk, est composée de journalistes, de membres de l’équipe nord-coréenne de taekwondo, qui va faire une démonstration en marge des JO, ainsi que de 229 « pom pom girls », qui ont franchi à pieds la frontière habillées d’un manteau rouge et d’un tour de cou et bonnet en fourrure noire.

Les 140 membres d’un orchestre nord-coréen qui se produira pendant les Jeux étaient arrivés mardi en Corée du Sud par la voie maritime.