Les députés britanniques votent pour un report du Brexit d’au moins trois mois

Les députés britanniques ont voté jeudi pour un report de la date du Brexit ainsi que pour un nouveau vote sur l’accord de retrait de l’Union européenne négocié par Theresa May avec Bruxelles. Ils ont ainsi offert une bouffée d’oxygène à la Première ministre.

A quinze jours de la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne, prévue officiellement le 29 mars, le Parlement a acté le fait qu’il n’est pas prêt, faute d’avoir pu dégager un consensus sur la forme qu’il veut donner à cette rupture après 46 ans d’une relation houleuse.

Selon la motion présentée par le gouvernement, adoptée par 413 voix contre 202, les députés « acceptent que le gouvernement cherche un accord avec l’UE » pour un report de la date du Brexit. Signe des profondes divisions qui agitent la majorité, 188 Tories ont voté contre, dont sept membres du gouvernement, parmis lesquels le ministre chargé du Brexit Stephen Barclay ou celui du Commerce international Liam Fox.

Elle prévoit un court report, jusqu’au 30 juin, si les parlementaires approuvent l’accord de retrait de Mme May, qu’ils ont déjà retoqué à deux reprises mais qu’elle a décidé de leur soumettre encore une fois d’ici le 20 mars.

Menace d’un long report

Si l’accord est encore recalé, alors le report devra aller au-delà du 30 juin et impliquera que le pays participe aux prochaines élections européennes en mai, a prévenu Theresa May.

Ce scénario d’un long report prolongerait l’incertitude dans laquelle est plongé le Royaume-Uni depuis le référendum de juin 2016. Il pourrait même signifier pas de Brexit du tout, a insisté Mme May, qui compte bien jouer sur cette menace pour rallier à son accord les eurosceptiques de son Parti conservateur et les députés du petit parti unioniste nord-irlandais DUP, son allié au Parlement.

Mais pour le leader de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, la cheffe du gouvernement devrait accepter que son accord, qui prévoit une sortie du marché unique et de l’union douanière européenne, n’est pas « une option viable ».

Stratégie à repenser

La Commission européenne a rappelé jeudi soir que « toute demande de prolongation de (la période de négociations prévue par) l’article 50 nécessite l’accord unanime des 27 autres pays membres » et devrait être dûment justifiée.

Plus tôt, le président du Conseil européen Donald Tusk avait invité les 27 à être prêts à accorder « une longue prolongation » au Royaume-Uni s’il « accepte de repenser sa stratégie pour le Brexit et parvient à dégager un consensus autour de celle-ci ».

Face à un parlement qui a offert le spectacle de ses divisions au cours d’une série de votes cette semaine, le scénario par défaut reste cependant pour l’instant celui d’un Brexit sans accord au 29 mars, même si une majorité de députés s’est prononcée contre une telle issue mercredi.

Les piques de Trump

« La situation est grave et il faut se préparer aussi à cette option que nous ne souhaitons pas », a déclaré le négociateur européen Michel Barnier jeudi soir à Bucarest. « Je recommande qu’on ne sous-estime pas les conséquences » d’un « no-deal » (soit pas d’accord).

Cette perspective ne serait pas pour déplaire à Donald Trump, qui a plaidé par le passé pour un Brexit « dur ». « Mon gouvernement est prêt à négocier un grand accord commercial avec le Royaume-Uni. Le potentiel est illimité ! », a tweeté jeudi le président américain.

Lors d’une rencontre avec le Premier ministre irlandais Leo Varadkar à Washington, il a aussi estimé que le Brexit « aurait pu être négocié d’une autre façon », se disant « surpris de voir à quel point tout se passe mal ».

Pas de nouveau référendum

Jeudi soir, les députés britanniques ont également rejeté, par 334 voix contre 85, un amendement proposant l’organisation d’un second référendum sur le Brexit. De nombreux députés du Labour se sont abstenus de voter sur cet amendement, conformément à la consigne du parti, en contradiction avec l’annonce faite en février par Jeremy Corbyn que le Labour allait « déposer ou soutenir » un amendement favorable à un second référendum.

Cela ne l’a pas empêché, dans la soirée, d’affirmer qu’un nouveau référendum demeurait une « option réaliste pour sortir de l’impasse », provoquant une bronca à la Chambre des communes.