Peine confirmée pour un ancien cadre de la police des moeurs

Le Tribunal cantonal de Zurich a confirmé jeudi la peine prononcée en première instance contre un ex-cadre de la brigade des moeurs de la police municipale zurichoise. Il écope de 160 jours-amendes à 120 francs avec sursis.

Le prévenu de 49 ans a été reconnu coupable de corruption passive et de violation du secret de fonction. Comme en première instance, il a en revanche été disculpé des accusations d’abus d’autorité, de pornographie et d’autres accusations de corruption passive.

Appel probable

Le jugement n’est pas encore entré en force. L’avocate de la défense a indiqué à Keystone-ATS après le jugement qu’elle allait probablement porter l’affaire devant le Tribunal fédéral. Elle avait réclamé l’acquittement complet.

Le procureur s’est déclaré satisfait du verdict, bien qu’il ait demandé une peine de 270 jours-amendes. Il va toutefois examiner de près la justification de l’acquittement en ce qui concerne l’abus d’autorité.

Vaste scandale de corruption

Les faits remontent à juin 2013. Ils avaient été révélés dans le cadre de l’enquête sur un vaste scandale de corruption de la brigade des moeurs dans le quartier nocturne de la Langstrasse à Zurich.

L’ex-cadre a transmis des informations du système électronique de police (POLIS) à la gérante d’un salon de massage, exigeant un rendez-vous en contrepartie. Le prévenu a également dévoilé à des connaissances des détails confidentiels de ses interventions.