Pour J.-M. Dolivo, la gauche radicale a une assise électorale

Arrivé en quatrième position du premier tour de l’élection complémentaire au Conseil d’Etat vaudois, Jean-Michel Dolivo (Ensemble à gauche) estime que la gauche radicale a une assise électorale dans le canton. Il regrette toutefois sa division.

Récoltant 4,12% des voix, devant la candidate POP Anaïs Timofte (3,26%), le député et avocat se dit « très satisfait » de constater qu’Ensemble à gauche est en troisième position dans les trois grandes villes que sont Lausanne, Yverdon-les-Bains et Vevey. « Nous avons une vraie crédibilité dans le canton », ajoute-t-il.

Sur le plan cantonal, la gauche de la gauche, soit EàG et le POP, obtiennent plus de 7% des voix. « Cela en fait la troisième force dans cette élection complémentaire et cela démontre que la gauche radicale a une assise électorale », souligne le politicien.

Reste que les partis ne sont pas parvenus à s’entendre sur une candidature unique pour ce premier tour. « Oui, c’est regrettable cette division », commente le candidat. S’agissant du deuxième tour, il indique que les composantes d’Ensemble à Gauche vont se réunir pour discuter de la suite et annoncer leur décision mardi matin.

Interrogé sur des éventuelles négociations avec la candidate popiste, Jean-Michel Dolivo reste prudent: « Nous allons voir avec le POP s’il est prêt à travailler avec nous ».