Triangulaire pour le 2e tour de l’élection aux Etats à Fribourg

Les Fribourgeois élisent leurs représentants au Conseil des Etats dimanche prochain lors d’un 2e tour assez ouvert. Si les sortants Christian Levrat (PS), surtout, et Beat Vonlanthen (PDC), partent favoris, la PLR Johanna Gapany entend jouer les trouble-fête.

La confirmation d’un 2e tour dans le canton de Fribourg est venue le 22 octobre, avec l’annonce par le PLR du maintien, à l’unanimité de son comité directeur, de sa candidate Johanna Gapany, 31 ans, arrivée troisième du 1er tour deux jours plus tôt. Depuis, les trois prétendants ont repris leur bâton de pèlerin pour remobiliser leurs électeurs (taux de participation de 42,87% le 20 octobre).

Johanna Gapany se présente pour les Fribourgeois, répète la Gruérienne au fil de ses déplacements à travers le territoire, voulant se situer au-dessus des querelles partisanes. Sébastien Dorthe, président du PLR fribourgeois (PLRF), met en exergue pour sa part la qualité de la campagne du 1er tour et la volonté d’offrir une alternative.

Deux Gruériens

Le PLR part sans alliance pour le 10 novembre. Interrogé sur le risque de fâcher le PDC, son allié traditionnel, les dirigeants du parti réfutent toute volonté de s’en prendre à lui, et encore moins à la personne de Beat Vonlanthen. Reste à avoir si le choix du PLR aura des répercussions à l’heure des élections cantonales de 2021.

A côté de la jeunesse de Johanna Gapany, députée au Grand Conseil et conseillère communale à Bulle, les électeurs auront à confirmer l’excellent score du sortant Christian Levrat au 1er tour. Le président du Parti socialiste suisse a réuni 43% des suffrages, presque autant qu’il y a quatre ans, en sachant que dix candidats étaient cette fois sur la ligne de départ.

Le Gruérien de 49 ans est une figure emblématique, lui qui siège à Berne depuis 2003, d’abord au Conseil national, puis à partir de 2012 au Conseil des Etats. Il ne devrait pas connaître de difficulté à voir son mandat renouvelé, d’autant plus qu’il a reçu le soutien des Verts fribourgeois, qui recommandent également de voter Vonlanthen.

Vonlanthen requinqué

Ce dernier, Singinois de 62 ans, ancien conseiller d’Etat, est arrivé en deuxième position au terme du 1er tour, avec 27,1% des suffrages. Il a recueilli plus de 13’000 suffrages de moins que son collègue PS à Berne depuis 2015, et a devancé Johanna Gapany, qui a obtenu 22,7% des suffrages, avec moins de 4000 voix.

La campagne, démarrée il y a dix jours, annonce une belle empoignade dans une semaine. Ce sera l’expérience du duo sortant contre la jeunesse. En tout cas, la tenue d’un 2e tour oblige Beat Vonlanthen à retrousser les manches, lui à qui l’on a reproché de s’être insuffisamment montré dans les semaines qui ont précédé le 1er tour.

Beat Vonlanthen a dit récemment dans les colonnes du quotidien La Liberté « avoir rechargé ses batteries » et vouloir « y aller à cent à l’heure ». Il pourra en tout cas compter sur la mobilisation du district germanophone de la Singine et de son statut de sortant, qui offre généralement une prime de départ.

Première femme

Si Johanna Gapany venait à figurer dans le duo vainqueur, elle serait la première femme à siéger au Conseil des Etats pour le canton de Fribourg. La Chambre des cantons est jusqu’ici restée un bastion masculin. Peut-être la Gruérienne profitera-t-elle aussi du vent favorable qui a soufflé en faveur des femmes le 20 octobre.

Avec ses 31 ans, la Bulloise égalerait au passage le record de précocité d’un certain Alain Berset pour siéger à la Chambre haute. Ce dernier y était parvenu en 2003, avant d’être élu au Conseil fédéral en décembre 2011, cédant alors son fauteuil de sénateur à un certain Christian Levrat.

Quant à l’UDC, en position de maintenir Pierre-André Page, arrivé quatrième au 1er tour, elle appelle à voter blanc. L’agriculteur glânois a renoncé à se lancer dans la course.